J’agis dans ma ville


Par: Claire Desforges

Créer une association locale pour la transition écologique et se faire des amis par la même occasion !

 En 2016, convaincue que je n’étais pas la seule dans ma petite ville de 20 000 habitants au Québec à vouloir agir pour l’environnement, j’ai commencé à parler de mon idée autour de moi : rassembler les habitants de notre ville souhaitant agir pour l’environnement.

En savoir +

Les mamans que j’avais connu à l’occasion de mon intervention sur les impacts de la mode sur l’environnement à l’école primaire m’ont toutes encouragées. Pour mieux me préparer, j’ai suivi la formation "Launch" du mouvement des Villes et territoires en transition de Rob Hopkins, formation transformatrice qui m’a donné la confiance et l’élan nécessaire. Et puis j’ai osé lancer la première invitation : nous étions 18 personnes et ce fut la naissance du Réseau écocitoyen de Saint-Lambert ! Après 18 mois de travail d’équipe intense et passionnant, nous étions 80 personnes. Nous avions créé un potager urbain, fait une étude sur l’accès à la gare, animé un atelier de découverte du vélo électrique, fait un rallye Zero Déchets avec les commerçants, installé des boîtes "Sacs à partager" à l’entrée des supermarchés, interviewé tous les candidats à la mairie sur leurs engagements environnementaux, lancé un groupe de travail sur le plan d’urbanisme, organisé une conférence sur le plastique et un forum des initiatives pour le Jour de la Terre. En 2018, j’ai quitté à regret mes nouveaux amis pour revenir en France. Depuis, l’association existe toujours. Plusieurs clés : des règles de fonctionnement collectif sécurisantes et bienveillantes, une structure (vision, objectifs, organisation, coordination), la mise en valeur des talents de chacun et beaucoup de convivialité. Oui, c’est possible !

https://vimeo.com/264495896
Par: Alexis Wlodarczyk

Agir pour développer les mobilités propres dans ma ville

Grace à Veligo j’ai attrapé le virus du vélotaf et je me suis impliqué dans une association locale début 2020.
Avec quelques personnes motivés nous avons proposé à la municipalité de développer l’usage du vélo et réalisé en 3 mois une étude complète sur le stationnement cycliste, les bonnes pratiques et les amélioration.
Elle a été officiellement remise le 20 Décembre et bien sur intégralement disponible pour d’autres ville.
(https://www.greenhouilles.org/2020/12/20/stationnement-v%C3%A9los-%C3%A0-houilles-les-associations-remettent-leurs-recommandations-aux-elus/)

En savoir +

En Septembre 2019 j’ai pu profité de Véligo pour découvrir le vélo électrique et réalisé mon trajet quotidien de 10Km à vélo. J’ai été conquis même par temps de pluie ou de grand froid. J’ai ensuite acheté un vélo cargo pour emmener mes enfants et seul le confinement a réussi à m’arrêter.
Adhérent à une association écologiste dans ma ville j’ai pu partager ma nouvelle passion et militer pour le développement des mobilités propres dans la ville.
Nous avons participé à différentes actions lors de l’année 2020 comme la créations de pistes supplémentaires lors du déconfinement, le marquage des vélos (https://www.greenhouilles.org/2020/08/29/green-houille-anime-son-premier-atelier-de-marquage-v%C3%A9lo-bicycode/) et de la sensibilisation sur le plaisir d’utiliser le vélo

En Septembre nous avons proposé à la nouvelle municipalité une étude sur le stationnement vélo (https://www.greenhouilles.org/2020/12/20/stationnement-v%C3%A9los-%C3%A0-houilles-les-associations-remettent-leurs-recommandations-aux-elus/).
3 mois de travail intense en mode projet pour documenter la législation en vigueur, les bonnes pratiques d’emplacement de stationnement, les matériaux à utiliser et les tendances comme l’arrivée des vélos cargos.
Nous avons ensuite évalué et cartographié chacune des 956 places de stationnement de la ville.
L’étude finale a été remise le 20 Décembre à la mairie et partagée dans son intégralité pour permettre à d’autres associations de réutiliser notre travail.
Nous allons maintenant suivre la mise en oeuvre des recommandations et ayant démontré notre sérieux nous continuerons de travailler avec la ville sur d’autres sujets comme l’aménagement des pistes cyclables.

Par: Jean-Pascal BOIS

Proposition de plan de transition écologique pour ma commune

Durant l’été 2019 j’ai décidé de mettre en œuvre la démarche du site « SOS maires », et du "Pacte pour la Transition" dans ma commune. Il s’agissait de convaincre les futurs élus de se consacrer à un plan de transition écologique, et de mettre en place la résilience alimentaire, l’autonomie énergétique, et la justice sociale.

En savoir +

J’ai donc rencontré les quatre listes de la commune aux élections municipales, pour les solliciter sur le projet de résilience que j’avais préparé, et leur faire signer le Pacte pour la Transition.

Les rencontres avec les quatre têtes de liste, durant l’automne 2019, ont été intéressantes. Elles ont permis de me faire connaître et de poser la thématique de la résilience vis à vis des risques climatiques, de la perte de biodiversité et du déclin énergétique, à des personnes pas toujours très informées du sujet. Je leur ai aussi proposé mes connaissances pour travailler ensemble à leurs programmes.

J’ai en parallèle déposé un courrier résumant la démarche sur le site de pétition change.org afin de mesurer l’adhésion de la population locale.

Mon projet se résume en trois axes majeurs :

Ville nourricière : viser l’autonomie alimentaire au travers de la permaculture : j’ai identifié un terrain de 8ha en centre ville pour y développer une ferme permacole à visée pédagogique, nourricière, et d’insertion sociale. Cantines scolaires et EHPAD nourri avec la production communale, puis autonomie à 100%.
Ville sobre et autonome en énergie : former les population et développer les bilans carbone, visant la neutralité, l’auto consommation. Créer une centrale villageoise, recyclerie. Former au low tech. Plan de déplacement bas carbone...
Ville égalitaire et de soutien : réseau d’entraide, de cohésion et de justice sociale. Créer un réseau de soutien selon ses compétences, impliquer les populations par des ateliers de découverte (fresque du climat...), accès équitable et former dans les écoles à une alimentation plus saine...

Quelques temps après, la liste proche des Verts m’a contacté pour des réunions de travail et pour intégrer leur liste (même si cela m’a tenté un moment, j’ai décliné cette dernière offre, ma démarche se voulant citoyenne, et apolitique). Ils ont aussi organisé la projection publique du film Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent, et m’ont demandé d’y assister pour répondre aux questions, ce qui m’a permis de communiquer sur le projet et de rencontrer des gens désireux d’en savoir plus.

Certaines listes ont, repris quelques-unes des idées que je leur avais soumises, je l’ai constaté en recevant leurs tracts électoraux.

Ces premiers résultats m’ont rassuré sur la crédibilité de ma démarche.

Ces pérégrinations m’ont permis de rencontrer d’autres citoyens, aussi motivés que moi pour agir dans la commune. Nous avons vu les listes une 2eme fois, et réussi à obtenir leur signature du Pacte pour la Transition. Motivés par ce succès, nous avons décidé de nous monter en association et de rallier d’autres habitants à notre cause.

Pour donner plus de poids et faire savoir ce que nous faisions, j’ai aussi contacté un journaliste du quotidien local, qui a adhéré à la démarche et devait publier un article sur nos actions.

L’objectif après les élections était :
Revoir la liste élue pour une revue des engagements pris via la signature du Pacte pour la Transition
Proposer de rejoindre le réseau des Villes en Transition, et de créer un Conseil Écologique de la Transition, conseil citoyen visant à valider ou refuser les projets selon des critères écologiques.
Proposer de monter une équipe de pilotage (élus et citoyens) pour lancer chacun des trois axes du projet.
Rencontrer et susciter des initiatives similaires dans les communes voisines, la métropole..

Nous visions, par ces actions, à approcher l’autonomie et la résilience de la commune à la fin de la mandature (2026). Cet objectif est ambitieux et il restait encore un long chemin à parcourir.

Lors du 1er tour en juin, la liste écologiste qui avait repris nos idées à fait un score honorable (mais pas suffisant pour la mairie). Elle a a obtenu un poste à la métropole lors du 2eme tour.

Pour des raisons personnelles, j’ai déménagé dans une autre région en septembre 2020. J’ai transféré mes actions aux autres membres de l’association.

J’ai la ferme intention de recommencer la démarche dans ma nouvelle commune !!!

Par: Patricia Bonneau

Une économie circulaire locale en devenir autour de nos déchets alimentaires

Début 2019, je me suis lancée dans une reconversion professionnelle plutôt radicale puisque j’ai interrompu ma carrière de chercheuse au sein d’EDF, en Seine-et-Marne, pour créer une structure d’économie sociale et solidaire, les carrioles vertes, autour du tri à la source et de la valorisation des biodéchets de restauration en compost pour le maraîchage, sur le territoire Basco-Landais.

En savoir +

La valorisation de nos biodéchets en compost : une idée simple créatrice de lien social et efficace contre le changement climatique ! Une idée, qu’accompagnée de deux amies d’enfance, j’ai voulu mettre en œuvre sur un territoire qui nous est cher, d’où la création des carrioles vertes à Bayonne en mars 2019...
L’ambition de l’association est de proposer des solutions pour trier et valoriser les déchets alimentaires par compostage, faire la promotion du compost auprès des maraîchers du territoire, pour aller vers une économie circulaire locale entre producteurs et consommateurs.
Ce projet nous a conduit à de multiples et très riches rencontres car un projet d’économie social et solidaire c’est avant tout des partenariats entre acteurs locaux partageant les mêmes valeurs : acteurs institutionnels, économiques, associations alliées...
Aujourd’hui l’association, forte de sa vingtaine de bénévoles actifs, mène plusieurs activités :
● Des services de collecte des déchets de cuisine en porte à porte pour les restaurateurs et entreprises, ou en points d’apports collectifs pour les particuliers, en mode doux
● Le compostage des déchets sur 2 champs de Lahonce et de Bayonne en lien étroit avec des maraîchers engagés pour une agriculture respectueuse de notre environnement
● Du conseil et accompagnement pour la mise en œuvre de solutions de compostage en établissement, auprès des professionnels de la restauration, des établissements scolaires...
● Des séances d’animation et sensibilisation aux enjeux de la valorisation des biodéchets (entreprises, scolaires…)
Aujourd’hui ce sont plus de 16 tonnes de déchets qui ont ainsi été transformés en compost par les carrioles vertes. La quantité est telle qu’un partenariat technique a été mis en place avec l’APESA, centre de compétences sur la méthanisation et le compostage des biodéchets qui nous accompagne dans l’optimisation de nos pratiques.
De plus, accompagnés par le Comité de Bassin d’Emploi du sud des Landes dans le cadre du Projet Alimentaire Territorial, nous mettons en place des premiers partenariats avec des maraîchers volontaires pour l’utilisation du compost est ses effets sur les cultures racinaires.
Une belle aventure que nous sommes heureuses d’avoir lancée !

https://youtu.be/4fZXAqpXMmw

Mentions légales | Données personnelles

Copyright © Alumni For The Planet 2020